Des révisions pendant l’entraînement !

Dans ce précédent article, je vous montrais comment donner à vos joueurs des devoirs de foot à la maison.

Dans celui d’aujourd’hui, c’est tout l’inverse. Nous allons voir comment faire réviser (ou apprendre) d’autres notions que le foot pendant l’entraînement !

 

Rassurez-vous, l’idée n’est pas de transformer l’entraînement en salle de classe et encore moins de ne plus faire de foot pendant les entraînements.

Non, l’idée est de faire différemment certains détails de l’entraînement et susciter ainsi différemment l’attention des joueurs, d’initier des questionnements, des discussions, avec les parents, sur le foot ou plus.

 

Car être éducateur, c’est ça aussi.

Voyons tout de suite comment faire.

 

 

À la fin de cet article, vous aurez plein d’idées pour faire réviser vos joueurs sur: les maths, l’anglais, la géographie, le corps humain…

Pour ça, vous devez utiliser chaque moment de l’entraînement. Du vestiaire au match de fin d’entraînement, en passant par vos divers ateliers et exercices, chaque moment peut-être source d’apprentissages. Des apprentissages sur le football bien-sûr puisque c’est le but des entraînements, mais aussi sur des sujets divers et variés.

Je suis d’ailleurs persuadé que vous faites déjà le « prof » à certains moments de vos entraînements sur plein de sujets, sans vous en rendre compte ou sans l’avoir planifié.

 

Le 1er point à avoir en tête est de ne pas faire de longs discours lorsque vous mettrez en œuvre les idées que nous allons aborder. Il ne s’agit pas de les endormir, ni de mettre en place ces conseils à chaque fois, à chaque instant, à chaque entraînement, sur chaque atelier.

À vous de juger de la fréquence et des moments où vous les mettrez en place.

 

Commençons par un 1er exemple.

Dans les vestiaires, avant de commencer l’entraînement, pourquoi ne pas réviser la géographie ? Comment ?

Avec une carte de France. Dessus, placez différents points représentant les villes des 20 clubs de Ligue 1.

Demandez à 1 de vos joueurs de tirer au sort le nom d’un club et de le placer ensuite sur la carte. S’il y parvient, il sera le capitaine lors du match de fin d’entraînement ou il pourra décider d’un exercice à faire lors de l’entraînement (car laisser de temps en temps les joueurs choisir 1 exercice/jeu est très bien). S’il ne sait pas où se situe ce club, il a un gage (ex. : passer la raclette après les douches!).

À vous de créer vos propres « récompenses » et « gages ».

Vous pouvez même faire jouer l’équipe entière plutôt qu’un seul joueur mais par contre gardez bien le fait de faire tirer le nom du club à tour de rôle. Il faut que chaque joueur ait cette « responsabilité », chacun doit y passer, pas de favoritisme, même inconscient.

Au fur-et-à-mesure des entraînements, la carte se remplit.

Variez vos « récompenses » et « gages »: vos jeunes resteront intéressés et attentifs à chaque fois. Un jour le gage sera de passer la raclette, un autre jour ce sera de ranger le matériel. Un jour la récompense sera d’être capitaine, un autre jour ce sera de prendre en charge l’échauffement…

Pourquoi pas aussi tirer au sort aussi les « récompenses » et « gages » ! Suspens pour les joueurs et bons moments dans les vestiaires.

Ensuite, ce principe de carte géographique, vous pouvez le décliner à volonté : avec les clubs participants à la « Champions League », à la coupe d’Europe, la coupe du monde…

Faites cet exercice avant l’entraînement plutôt qu’à la fin car les enfants seront plus attentifs.

 

Après, une fois sur le terrain, les joueurs s’échauffent. Profitez-en pour leur apprendre quelques muscles, ceux en train d’être échauffés avec tel ou tel mouvement. Beaucoup d’entre-vous l’ont sûrement déjà fait.

Bon il faut soi-même connaître un peu mais pas besoin de connaître tous les muscles, juste quelques-uns, les principaux, ceux les plus utilisés au foot ou ceux avec lesquels on aura le plus de soucis dans sa carrière (adducteurs, quadriceps…).

Et je le rappelle, l’idée n’est pas de dire tout sur tout à chaque fois mais un petit peu, de temps en temps, à l’occasion, ou lors un temps identifié tel quel (comme avec l’exemple avec la carte géographique avant l’entraînement) mais qui ne dure pas longtemps, qui sera court. Une phrase ou 2.

 

Après l’échauffement, les jeux et exercices.

Vous pouvez organiser vos ateliers en leur donnant des lettres qui composeront un mot que vous voulez faire travailler ou sur lequel vous voulez insister : Passe, Respect, But… Le joueur aura fini quand il aura passé à chaque lettre et qu’il aura pu reconstituer le mot.

Ou avec les lettres du nom de votre club, de votre ville.

Ou réussir 7 fois un circuit demandé avec 1 réussite = 1 jour de la semaine et aller du début à la fin de la semaine pour terminer.

Ou celui qui arrive à dimanche en 1er.

 

Nommer les ateliers avec le nom des saisons, de joueurs célèbres, avec des pays (en lien avec la carte géographique vu plus haut).

À vous de voir, il y a plein de façons de faire.

Une autre est de le faire avec des mots anglais : Goal, Foot, Corner, Coach…

 

Enfin, le match de fin d’entraînement.

J’espère que vous faites ce match à chaque fin d’entraînement.
Si ce n’est pas le cas vous devriez !

Lors de ce match, plutôt que de compter le score de 1 en 1, innovez.

Comptez de 2 en 2, en multipliant par 2, en partant de 10 et en comptant à l’envers…

Ou alors ne comptez pas avec des chiffres mais avec les lettres de l’alphabet, les jours de la semaine, les mois de l’année…

 

Imaginez les discussions des enfants avec les parents quand ils leur demanderont à la maison combien ils ont gagné ou perdu ?

« On a gagné jeudi à lundi », « G à F », « 32 à 4 ».

« Hein ? qu’est-ce tu dis ? ».

Tout pour initier d’autres discussions en famille que le simple nombre de buts.

 

Récapitulatif

* tout est prétexte à apprentissage, sur le foot ou autres domaines

* vous l’avez vu, ces aménagements ne changent pas grand chose dans l’entraînement. Juste le nom des ateliers ou la manière de compter.

* cela favorisera des échanges plus constructifs, nombreux, diversifiés entre adultes et enfants, plus que le simple avoir gagné ou perdu et sur quel score.

* être court dans ces apprentissages

* ne pas le faire systématiquement, sur tous les entraînements ou sur tous les points de votre entraînement